Logo de SENS
Service d’ENtraide Socio-Spirituelle
Une École, Une Équipe, Une Famille
Verset du jour

“Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche : Elle ne retourne point à moi sans effet, Sans avoir exécuté ma volonté Et accompli mes desseins.”

~Esaie 55 : 11

Le SENS sensibilise et forme sur l’importance de la régularisation à l’état civil

Posté le:2018-05-23 12:07:00 | Par :SENS | Vu:180

Constatant les nombreux problèmes du système de l’état civil haïtien et leurs multiples conséquences, le  Service d'Entraide Socio-spirituelle (SENS) a organisé un séminaire gratuit, à Carrefour, autour du thème : « Enregistrement à l’état civil : garantie de la jouissance du droit à l’identité et élément nécessaire à la bonne gouvernance ». Réalisé au cours de la période carnavalesque les 12 et 13 février 2018 au local de l’Eglise Évangélique Indigène d’Haïti sis à Waney 93, ce séminaire de formation a été un grand succès. Tous les résultats attendus ont été grandement atteints.  

De nombreuses personnes étaient venues participer à ces deux jours de formation. 113 personnes dont 39 femmes et 74 hommes, ont fait le  déplacement le premier jour et 125 personnes dont 36 femmes et 89 hommes ont suivi avec enthousiasme la deuxième journée. Ces personnes provenaient de 5 communes différentes : Delmas, Port-au-Prince, Carrefour, Gressier et Léogane. L’effet multiplicateur de ce séminaire est assuré grâce à la participation active de nombreux directeurs et directrices d’opinion qui se montraient très conscients des conséquences désastreuses de la non-régularisation à l’état civil. Au nombre des participant(e)s, on a recensé entre autres,  8 pasteurs, 7 diacres, 3 évangélistes, 1 prédicateur, 2 surintendants de l’école dominicale, 19 responsables de comités de (groupes, associations ou Eglise). Certains ont même sollicité des intervenant(e)s l’organisation de séminaires similaires ou d’exposés sur l’état civil dans leurs institutions.

Plusieurs défaillances qui empêchent au système de l’état civil haïtien de remplir correctement sa mission d’enregistrer tous les faits d’état civil des personnes, de la naissance à la mort, ont été mises en lumière au cours de cette formation. En effet, plus d’un million d’Haïtiens et Haïtiennes n’ont jamais été déclarés à l’état civil. Et nombreuses sont aussi les personnes qui disposent d’expéditions d’actes pour avoir été déclarées à l’état civil mais ces personnes, pour de multiples raisons, ne se trouvent pas inscrites dans les registres aux Archives Nationales d’Haïti (ANH). D’un autre côté, une bonne partie des actes qui sont enregistrés comportent souvent des erreurs ou des omissions graves. Et dans tous ces cas qui portent déjà de graves préjudices aux victimes, il leur revient de mener de fastidieuses et coûteuses démarches pour régulariser leur situation, en payant les fautes de l’Etat et de ses agents.

   Les participantes et participants ont bien compris l’ampleur de ces multiples problèmes qui concernent, de près ou de loin, tous les Haïtiens et Haïtiennes, indépendamment de leur croyance religieuse, leur statut social ou de leur lieu de naissance. D’ailleurs, ils/elles avouent que si certains d’entre eux/elles n’en sont pas victimes personnellement, ils/elles ont tous et toutes, au moins, des membres de leur famille, de leur association, de leur école, de leur Église ou des amis, qui ont un problème d’acte d’état civil.

Plusieurs sujets ont été traités lors de ce séminaire qui visait à faire la promotion du droit à l’identité, en montrant aux participant(e)s la nécessité de régulariser leur situation à l’état civil et les moyens d’y parvenir. Les intervenantes et intervenants, des membres du SENS qui ont une longue expérience de travail dans le domaine, ont entretenu l’assistance au cours de la première journée sur les 4 sujets suivants : 1. Enregistrement à l’état civil et les droits humains ; 2. Etat civil et Actes d’état civil ; 3. Importance d’un système d’état civil efficace pour l’État ; 4. Procédures d’enregistrement à l’état civil.

La seconde journée a été démarrée avec un exposé sur les Procédures de correction et récupération d’actes d’état civil. Ensuite, la diversité d’acteurs impliqués dans la gestion de l’état civil, ainsi que les difficultés qui en résultent, ont été examinées. Une séance a été aussi consacrée à des propositions pour la modernisation du système de l’état civil haïtien. Enfin, les deux dernières heures de la seconde journée ont été réservées à répondre aux diverses questions de l’assistance sur la problématique de l’état civil.

Tous les participants et participantes ont témoigné de leur grande satisfaction. Ils/elles ont aussi formulé le souhait que ces genres de séminaires se réalisent plus régulièrement et qu’ils se multiplient à travers tout le pays, étant donné l’ampleur et la gravité des problèmes liés à l’état civil, ainsi que leurs graves conséquences sur les victimes.

      Il est à noter que le SENS a déjà organisé gratuitement plusieurs séminaires sur la problématique de l’état civil.  Entre janvier et juin 2016, il a même implémenté un projet de sensibilisation à l’état civil, dans lequel plus de quatre mille cinq cents (4,500) élèves des classes terminales ont été sensibilisées sur les enjeux liés à la question de l’enregistrement à l’état civil.     

 

Recevez nos nouveautés par e-mail


Restez informé(e) de nos dernières activités en soumettant, votre nom et votre adresse e-mail.
Votre nom complet
Votre adresse e-mail
senshaiti.org
Adresse:20, rue Augustin, Lamentin 54
Boite Postale :11255,
Carrefour, Haïti
Appelez-nous: (509) 47 72 45 58 / 47 79 55 25 Ecrivez-nous: info@senshaiti.org

Nous Rejoindre

Retrouvez SENS sur Twitter @ SENSHAITI
Retrouvez SENS sur Facebook FACEBOOK
SENS © 2018 - Faites tout pour la gloire de Dieu.(1 Cor.10 : 31)